Que de chaleur et de pleurs

Un démarrage comme une rage de survivre ou de vivre enfin. Quelle importance donnez-vous à l’existence ? Quel centre retrouvez-vous lorsque tout est enfumé, enflammé, en train de péricliter ? Des histoires touchantes, des images vibrantes, une mise en place de l’Amour en retour sans détour, des mises à nu. Tout autour s’affiche des apparences de chaos ainsi que de sombres effrois et au milieu de cette tourmente s’alimentent des élévations, des guérisons, des observations à foison, des décisions multiples, des visions éclairées. Des appels troublants et tonitruants d’une nature s’offrant en pâture pour un renouveau de jours naissants.

Une localisation en aspect d’imprévu non voulu, comme un coup de baguette magique impromptu, comme si la vie avait choisi de façon partiale un lieu propice pour faire courir comme un langage intolérable et misérable, tel des vagues de justice implacable, à l’image de ce dieu trop souvent impliqué dans ce genre de méfaits selon vos dires réguliers. Comment pourrait-il en être autrement, au regard de l’ampleur du tableau des beautés délitées et dégradées. 

Il semblerait un tantinet présomptueux de s’exprimer en appelant au calme et à la raison, ce qui n’est, en effet, pas souhaité, ni souhaitable, il est plutôt ici question de pulsions, oui étrangement, ce mot étant pleinement voulu et choisi. Vos pulsions, vos expressions vives de cœur sans rancœur ou mauvais accueils. Vos libérations candides de douceur de cœur, pour vous et alentour, sont fortement appelées à s’exprimer sans réflexions rationnelles ni proportionnelles.

Voyez grand, plus grand que vous, plus grand que tout ce que pourrait contenir l’univers dans votre version de perceptions.

Soyez généreux en tout et dans tout ce qui semblait vous être occulté par vos fumées citadines plus vivement opaques que tous ces feux. Le temps de tous les jugements lourds et compressifs touche à sa fin et part en fumée. Soyez, voyez, écartez vos voiles, ôtez vos masques de protection pour respirer enfin goulûment cet air vivifiant d’exil de vos périls.

En pleines volontés et souhaits, happez vos nouvelles existences sans vous tourner vers ce passé usagé, tête détendue, droite dans l’instant avec des modulations d’espoir, sans regard futur. Visualisez, envoyez vos visions divines de vous-même sans ombres de vieilles croyances en résistance. Soyez ce que vous êtes réellement sans intérêt commercial ou sociétal. Un positionnement vital de vie insoumise, non acquise, sous un ciel dégagé de vos brouillards et brouillages est en train de s’induire.

Libérez vos ciels, vos cieux, vos vœux de répétitions chroniques. Soyez légers, envolés, venez voler dans cet air inhabituel de liberté retrouvée. Vos anarchies en ont finis de se manifester sous des étiquettes de soi-disant bienveillance commune. Vous êtes pleinement sain et bon d’esprit et de cœur et de tout temps l’illusion a été d’avoir donner son importance à la croyance populaire en préférence de vos allants de cœur. Votre feu de cœur est un feu libérateur et réformateur, contenant et contenu dans la puissante vibrance de tous les univers unifiés.

Visualisez votre paix que vous n’avez jamais quitté.

Vous êtes choyés par delà le prononçable, par ce qui n’est pas nommable.

 

Êtres stationnaires extra-planétaire

jeudi 09 janvier 2020 – Villa urbana

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s