Prendre, accueillir, donner

Partager, offrir, donner, prendre, s’approprier, réclamer, accueillir, sont les différents aspects de ce que vous nommez vos pièces de monnaie, dans tous les côtés lisses et les aspérités tranchées. Vous ne pouvez goûter un chemin et tous ses états que lorsque vous y êtes déjà, tout le reste ne sont que des histoires que l’on se racontent, tels des contes de fées que l’on narre sans y croire.

Cela ne sous-entend pas l’absence d’importance de ces états que vous tentez de créer en vous, pour vous, sous réserve qu’ils viennent en diapason de votre vous qui ne répond pas à la raison, ce petit aspect escarpé de vos choix, basés sur votre vision en extériorité sans résonance de votre portance, votre véritable existence en intériorité, en vos cœurs portés tel le joyau que vous êtes venus exprimer.

Tous les sujets abordés dans vos mondanités, qu’elles soient dites politiques, théoriques, philosophiques, mathématiques, énergétiques, scientifiques, spiritualistiques et pleines de tics, pourraient-elles avoir un tant soit peu de côtés universalistiques, en multiplicité de ce qui peut et est venu se jouer dans cette bulle fantastique de vies éclectiques, bien plus disparates que vous ne voulez vous accorder de voir et percevoir.

Les temps ne sont plus aux confinements comme un voile occultant votre confin intérieur à vos yeux extérieurs. Les évidences, en forme de providence et d’abondance de ce qui se vit, se joue, se déjoue, se surjoue et se terre dans, autour et sur votre terre, un voile se lève et avec lui, quantités d’autres, tant et plus de vos voiles de croyances, voiles parfois opaques et compacts, maintenus bien tendus, fermés, vous cloisonnant dans le même temps.

Qu’est-ce donc que ce don, ce prendre sinon qu’un don et un prendre à soi, pour soi, il n’y a que la vie qui donne à la vie l’occasion de prendre tout ce dont elle a envie, sans limite ni restriction liées à vos visions de sociétés basées sur vos restrictions budgétaires. Ne voyez-vous pas que, partout et toujours, tout est une expression, des émissions, une expansion à foison loin de vos cloisons.

Alors donner, prendre et tout le panel de mots en liaison et contradiction n’ont, si nous pouvons nous permettre, aucune cohésion de conséquences navrantes, toutes ces perceptions en circonvolution ne sont qu’expériences et jouissances, parfois grinçantes, au final, il ne reste qu’un accueil parfait, comme toutes vos festivités de notes jouées le sont, telle est la vie. Nul n’est tenu de vivre dans un moule quel qu’il soit, aucune de vos gouttes d’eau, aucun de vos flocons de neige, aucune de vos particules ne se ressemblent et pourtant tout s’assemble en harmonie divine, même dans cette absence de divinité que vous vous accordez et posez en vision de vos mondes que vous percevez enfermés.

La vie n’est en rien enfermée et même lorsque le jeu de l’enfermement se manifeste à souhait, il est un tremplin dynamique à une liberté enjouée qui, bien qu’en apparence cloisonnée, va s’exprimer dans toute son ingéniosité faisant, ainsi, exploser vos dictates imposés.

Prenez, donnez, offrez, utilisez tous les moyens créés par vous, pour vous, pour exprimer l’accueil de la providence de vie qui, avec ou sans vous, est pour être exprimée, expérimentée, manifestée, rien même vos notions et mentions de restrictions, de cloisons, de manques à foison n’arrête la vie qui se nourrit d’elle-même tel un astre qui produit sa propre chaleur et lueur. Vous pouvez poser vos choix et si, pour une fois, vous le faisiez sans regarder le regard de l’autre, sans lui prêter votre vision en contraction, dans la croyance que vous avez la science, comme s’il n’y en avait qu’une dans ce grand silence. L’abondance est vie, la vie est abondance en tout, même en science et croyance de science.

Alors, donner, le don, le prendre, s’accaparer, tout est bien joué et rien n’est dicté comme une vérité vraie, il est ici plutôt question de choix en propre, de ces notes que vous voulez vous imposer, parfois, loin de vos propres chemins aimés et parfois l’un mène à l’autre au travers de votre regard de cœur loin de vos peurs multiples et multipliées en parfaites résonance de vos choix d’existences. Une étincelle, une vie qui se baigne et s’abandonne toute entière à la vie dans ce jeu d’obscurité et de clarté pour aimer, détester, pour jouer le bon, le mauvais. Même dans ce phénomène naturel que vous nommez l’ascension, nombres sont ceux qui souhaitent se l’approprier en croyance d’être plus appropriés que d’autres pour fouler ce chemin que vous voulez délicieux, au point d’en vouloir priver d’autres, ces autres moins appropriés que vous.

Il pourrait être une vérité que tout ce qui est, est délibérément, amoureusement voulu par la vie et que rien n’est exclu de cet événement tant attendu par les gentils, en contradiction avec les moins gentils, cet événement emmène le tout sans vos notions de ce qui est ou non approprié.

Le don est sans notion d’évaluations, de codifications, il est lié à l’abondance dans cette absolue capacité qu’a l’abondance, la vie, à donner, à tous, toujours, sans évaluations, ni restrictions, le prendre est pleinement inclus dans ce tout qu’est l’abondance. À quoi servirait l’abondance si personne n’était là pour la prendre, s’en saisir, en faire une part de sa propriété ? Et, il n’est pas ici, uniquement, question de propriété telles que vos maisonnées, il est ici question de se l’approprier pour en jouer, en jouir, comme un enfant joue avec un bâton de bois le temps de trouver l’abondance suivante se présentant telle une rose attrayante et charmante qui fait tomber le bâton au sol libérant, au passage, le possédant et le possédé. Ainsi va l’abondance, la vie, qui vous amène sans cesse de quoi jouer et expérimenter, dans le don, le prendre et tout cela se joue malgré vous, même dans vos soi-disants erreurs de jugement, tout se fait dans l’accueil bien plus qu’il n’y paraît, même l’absence d’accueil est une abondance de courants et rayons de vie, même l’absence ou la croyance d’absence d’abondance est une abondance en forme de côté ombré de votre pièce de monnaie.

Jouez, dansez, valsez aux rythmes que vous souhaitez ou que vous vous créez dans vos croyances de vous-mêmes, même lorsque vous vous bouchez l’abondance elle se manifeste, parce que rien n’arrête la vie, même ce que vous appelez vos murs solides qui ne sont qu’un flot d’ondes rythmiques.

Jouez à perdre, gagner, manquer, tout cela est en abondance d’expériences dans ce courant qu’est la vie. Prenez, donnez, gaspillez, jetez, alors, allez-y vraiment, jouez ce jeu avec cette étincelle dans les yeux et ce sourire permanent de l’enfant lâché dans la cours des grands, dans ce jardin fabuleux qu’est l’existence.

Merci à l’abondance qui se manifeste au travers de vos vies aux notes et couleurs foisonnantes et pétillantes à tout jamais dans ce tout qu’est la vie qui donne, prend, en accueil parfait. Tout est donné et prit en instantané dans ce temps hors de votre temps. 

Il ne vous manque que ce que vous vous cachez à vous-mêmes, tel un jeu de cache-cache enfantin. Vous êtes divin, tout l’est. Comment jouer le gentil si aucun méchant n’est présent ? Un de vos jeux d’enfants de cow-boys et d’Indiens. Comment le haut pourrait être élevé s’il n’existait le bas en contrebas ? Que seraient vos astres solaires et lunaires sans ce jeu de jour et nuit ? Vos merveilleuses créations de paysages en ombres chinoises sur un soleil couchant ou levant n’auraient aucune réalité. Vous êtes de part votre essence des créateurs abondants, vous laissez, bien plus que vous ne le percevez, la vie s’exprimer, parce que, pas plus que vos notions de restrictions, vous n’êtes à même de stopper, même un bref instant, la vie qui se réjouit de toute la création, la vie est la création.

Il n’y a pas d’inversion d’abondance dans la restriction, elle est tout simplement abondance absolue sans restriction. Le ciel et la terre ne manque jamais et pourtant vous oubliez de les regarder jusqu’à parfois tenter, sans succès, de les masquer.

 

Êtres orbitaires, aux pieds posés dans notre sphère.

mardi 19 mai 2020 – Casa collina – morning running session

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s