Peuple oiseaux dans le cosmos

… C’est ainsi, tout ou presque réduit à néant, nous voilà une poignée obligés de nous exiler pour exister. J’ai encore l’impression de me figer sur cet instant où tout est parti.

Mon frère m’aide énormément, il est fort, il ne se fige pas lui, il me tire par le bras et nous partons loin, loin de ce chez nous qui n’existe plus.

Notre belle vie douce et tranquille, notre lieu n’est plus.

Nous embarquons pour une destination tellement lointaine et la vie me semble maintenant incertaine. Je le sens en moi c’est comme si nous n’existons pas.

Mon frère me parle, c’est à peine si j’entends les sons qu’il émet, j’aimerai me rouler en boule et pleurer pour l’éternité. Tous autour de moi avancent des théories, des idées pour nous sauver, nous avons un peu de technologie pour marchander et aussi un peu d’amis au loin, mais ce qu’il y avait de plus beau chez nous c’était nous et voilà qu’il ne reste que nous, c’est presque la fin de ce nous.

Je les regarde s’agiter, tenter de m’entraîner dans le discour mais je reste muette, je suis la dernière de mon espèce.

Je les admire tous, j’ai l’impression de les voir pour la première fois, quel courage ! Je ne me sens pas la force. J’ai ce poid sur les épaules comme si le reste de notre existence reposait sur moi, c’est presque vrai.

J’aimerai m’envoler comme je le faisais souvent au coucher du soleil pour voir toutes ces couleurs, ces merveilles sur notre belle planète verte. Oui, j’aimais ma vie là-bas, m’y raccrocher ne semble pas m’aider et en même temps je ne peux m’y empêcher.

Je suis lasse, je ferme les yeux et m’éloigne un peu, ils s’arrêtent de parler, je me retourne et je croise leurs yeux en pleurs. Étrangement, qu’il est doux de les regarder pleurer, j’avais besoin de ce moment de communion dans cette tristesse, je pleure aussi avec eux, nous formons un cercle et chantons de nos plus belles voix, un chant d’adieu et d’Amour pour ceux qui ne sont plus. Ce chant, je le sens tout au fond de moi, c’est le chant de l’espoir aussi.

Nous sommes un peuple radieux, haut en couleur, nos chant ont toujours été aimés et recherchés, ils sont porteurs de vie et de magie. Nous allons y arriver, survivre et vivre. Nous faisons silence un moment, ce moment est doux et précieux. Nous reprendrons les délibérations plus tard, le voyage est long vers notre destination, vers notre nouvelle maison.

Je sens ton énergie d’Amour ! Merci !

Oiseaux de type aigle de couleur jaune avec des plumes rouge profond et des pointes noires.

Vie de femme oiseau

Texte reçu avec de jolis chants vibratoires

Jeudi 5 Avril 2018 – Villa Urbana

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s