Respectes ta terre

Si tu crois habiter en frontière d’une terre et avoir le droit, soi-disant inné, de mépriser ce côté, l’autre côté de cette ligne imaginée et imaginaire, croyant que tous ceux de cet autre côté sont moins bien nés, alors c’est que tu oublies ce qu’est la terre, celle qui donne vie et matière. La terre peut avoir tant de couleurs et de matières toutes semblant divergentes, différentes, elles n’en constituent pas moins chacune à sa manière cette belle Terre. Peu importe la manière ou la raison qui te fait oublier qui tu es, d’où te provient ce corps constitué, si tu as exprimé le souhait d’exister et que tu es représenté dans cette vie, il est permis de penser que tu es venu accueillir l’entièreté de ce qui est.

Le bleu, en perspective, semble être la vision première de cette Terre, es-tu certain d’être de la bonne couleur ? Ou, la beauté de la Terre ne viendrait-elle pas plus simplement de la mixité de ses teintes ? Est-il permis de penser qu’avec toutes les avancées qui ont été faites dans cette réalité, même dans une forme de retard considérable, que le rationnel devrait poser, de ce fait, l’acceptation de la mixité comme n’étant plus une question ou un débat mais une évidente évidence, sans qu’il est besoin même d’y penser ? La divergence est de par nature une pure banalité, loin de ce qui se veut contrôler.

Être et naître finalement, ne sont pas très différents, peut-être est-il envisageable de ne pas seulement être au quotidien mais de naître également quotidiennement exempt de tout, exempt de vous.

La vision du loin est un mirage qui ne trouble pas le sage, pas plus que voir de près. Être éloigné est comme être près, même si le près semble être plus détaillé, il apporte ici une vision tronquée puisque pleine d’idées sans rapport avec une réalité vraie.

Les idées n’ont de naissance que dans l’absence, et n’ont besoin d’aucun grappin pour pulluler, se propulser et errer. Elles se complaisent dans l’exubérance, rien ne les arrête pas même l’idée arrêtée qu’elles t’appartiennent.

Laisse vagabonder tout ce qui est à son gré, même cette idée qu’en fin de compte tu as, peut-être, une action délétère sur la terre. Regarde plutôt la Terre, ta terre comme un joyau, qu’un jour, une idée a allumé une étincelle de vie sans commune mesure. Tu ne mesures pas la vie tu en fais partie, à toi de reprendre ta partie, ton étincelle vibre la de tout ton éclat. Tu es fait en partie de terre, avant de souffrir pour la Terre, respectes ta terre.

Intra terre de la dernière Terre en direct du combinair

mardi 3 août 2021 – interstellar itinerantur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s